Élevage solidaire à Ouoro


2016-2019

Suite à la première dotation en animaux (volaille et chèvres) par Mil’Ecole en 2016, organisation du croît du cheptel par transfert entre paysans à Ouoro

Depuis 2015, sur la proposition de DEZLY consulting et avec la collaboration de nos deux correspondants locaux (Paul BAMOGO et Alphonse SAMA), nous avons mis en place un programme d’élevage solidaire. Le principe en est simple : au sein des groupements des personnes reçoivent des lots de poulets ou de chèvres qu’ils font fructifier.
Au bout d’un an pour les poulets, de deux ans pour les chèvres, les bénéficiaires remettent à une autre personne de leur groupement l’équivalent de ce qu’ils ont reçu et Mil’Ecole complète (ou non) par des lots nouveaux. Ce transfert ne se fait qu’une fois pour chaque bénéficiaire qui dispose ensuite comme il l’entend de son cheptel.
Chaque bénéficiaire par dotation ou par transfert reçoit en outre une dotation en matériel et suit une formation spécifique

 Le choix des bénéficiaires
Chacun des groupements a désigné en son sein les personnes qui seront responsables de ces lots. La désignation des bénéficiaires a eu lieu par tirage au sort

La dotation d’animaux
Mil’Ecole met à disposition 6 lots de volailles (composé chacun de six poules et un coq) et  4 lots de caprins (deux chèvres et un bouc, chacun).

La dotation en matériel
Grillage, mangeoires et abreuvoirs pour construire étables, enclos et poulaillers qui vont abriter les animaux.

Un cahier du comité villageois
Pour consigner les noms de tous les bénéficiaires de cette action

Ouoro_Formation_2017_21
Ouoro_Formation_2017_19
Ouoro_Formation_2018_06

Les formations (de 4 jours chacune)
A chaque transfert et dotation, les bénéficiaires bénéficient de ces formations

–  Sur les techniques d’aviculture traditionnelle améliorée : renforcer la capacité des producteurs sur les différents aspects de l’aviculture traditionnelle :

-Le logement/l’habitat
-Le nettoyage, la désinfection du poulailler et soin des animaux
-L’alimentation
-La gestion de la reproduction et des effectifs

Voir en Pdf téléchargeable Le module de formation aviculture

–  Sur les techniques d’embouche de caprins : renforcer la capacité des producteurs sur les différents aspects de l’élevage de chèvres.

-Guider le producteur sur les modes de conduite d’un élevage de chèvres locales ;
-Renforcer sa capacité sur les différentes maladies caprines et les mesures à prendre ;
-Motiver les bénéficiaires pour la pratique d’un élevage solidaire

Voir en Pdf téléchargeable Le module de formation embouche

Où en sommes-nous fin 2019 ?

Le point sur les poulets 2016-2019
Les chiffres sont donnés en « lots » – 1 lot se compose d’un coq et de 5 poules
NB le transfert 3 ne s’accompagne plus de dotation complémentaire 

Groupements Dotation 1
02-2016
Transfert 1
05-2017
Dotation 2
05-2017
Transfert 2
10-2018
Dotation 3
10-2018
Transfert
3
fin 2019
Nbre bénéficiaires
en 2019
Neblanaam 1 1 1 2 1 3 9
Lagmtaaba 1 1 1 2 1 3 9
Watinoma 1 1 1 2 1 3 9
Namanegzanga 2 2 1 3 1 4 13
Beognere 1 1 1 2 1 3 9
Wendlakonta 0 0 2 2 1 3 8
Sougrinooma 0 0 2 2 1 3 8
6 6 9 15 7 22 65

NB : des disparités existent…Namanegzanga n’a pas eu de lots de chèvres au départ, d’où un bonus poulets…Les deux derniers groupements sont entrés dans le projet deux ans après les autres

Le point sur les chèvres – 2016-2019
Les chiffres sont donnés en « lots » – 1 lot se compose d’un bouc et de 2 chèvres

Groupements Dotation 1
02-2016
Transfert 1
fin 2017
Dotation 2
fin 2017
Transfert 2
fin 2019
Dotation 3
fin 2019

Nbre bénéficiaires
en 2019

Neblanaam 1 1 1 2 1 6
Lagmtaaba 1 1 1 2 1 6
Watinoma 1 1 1 2 1 6
Namanegzanga 0 0 2 2 1 5
Beognere 1 1 1 2 1 6
Wendlakonta 0 0 2 2 1 5
Sougrinooma 0 0 2 2 1 5
4 4 10 14 7 39

Pour récupérer les tableaux en pdf téléchargeable voir : Bilan élevage solidaire

Vers une autonomisation des groupements dans le processus

A partir des 2èmes transferts de volaille et de chèvres, les groupements participent à 30 % du coût du matériel (grillage et mangeoire) en plus de leur prise en charge de la construction des enclos.
Au 3ème transfert des volailles, Mil’Ecole n’ajoute plus de nouvelle dotation en animaux et les bénéficiaires se forment entre eux

Les retours sont très positifs : tout le monde continue l’activité après les transferts…l’élevage permet de financer les frais de santé de la famille, les droits de scolarité des enfants, il a pu permettre aussi en année difficile d’acheter les céréales…

Pour voir le déroulement de l’opération et les coûts, prévus à son début en 2016  : Elevage – OUORO – 2016-2019 – Mil’Ecole
Il est à noter que les transferts de volaille ont été plus lents que prévus et que 2 nouveaux groupements féminins se sont rajoutés en court de route