Formations et projets agricoles 

Faire profiter aux agriculteurs d’expériences qui allient optimisation des rendements agricoles et gestion durable des terres sahéliennes, expériences qui se développent au Burkina Faso.
Tout d’abord sortir les agriculteurs de leur isolement, favoriser des visites, leur faire découvrir ces réalisations, susciter des désirs d’évolutions, puis soutenir des stages de formation.
Rendre « passeurs » les instituteurs et enseignants en brousse très proches des parents agriculteurs.

Suite aux récoltes catastrophiques de 2017 dues au déficit pluviométrique de la saison des pluies, Mil’Ecole a financé sur Ouoro un stock alimentaire d’urgence vendu à prix social en juin 2018, période de démarrage des travaux de la nouvelle saison agricole. Gestion et bilan de l’opération.

Quatrième année du programme d’aide au développement. Suite au Programme triennal 2015 – 2017.
2018, une double priorité : répondre à une situation d’urgence, consolider les acquis du plan triennal en développant les compétences des groupements et en élargissant notre périmètre d’action

2018, deuxième année de formation agroécologique avec Beo-neere Agroécologie au jardin pédagogique de l’école solidaire Paas Yam dans la grande périphérie de Ouagadougou. Sa création avait été co-financée par Mil’Ecole, des lycéens et leurs professeurs creutzwaldois au sein d’Xplora-Burkina et grâce à des subventions du Conseil Régional du Grand Est

Financement de l’aménagement du périmètre bocager de plus de 100 ha permettant à plus de 30 familles de bénéficier chacune de 4 champs équipés aux techniques de rétention d’eau de pluie et de conservation des sols promues par les fermes pilotes du réseau TERRE VERTE. Réalisé par la ferme pilote de Goéma.

Aux formations prévues pour cette dernière année de notre programme trisannuel élaboré en 2014 s’en rajoutent d’autres. Et déjà se profilent des projets pour les années suivantes. A Ouoro, ça avance.

Première année de formations agricoles d’un projet qui se déroulera sur quatre ans (de 2016 à 2019)

Cette 2ème année de formations portera sur la gestion Post-récoltes, l’aviculture et l’embouche de caprins puis la fabrication de soumbala. Elles s’accompagnent de dotations diverses.

Réalisé par la ferme pilote de Goéma pour désenclaver le village, grâce au soutien de Mil’Ecole. Plus de 2 km de piste, un arbre tous les 20 m de chaque côté, planté selon la méthode du puits racinaire.
Un an après plus de 95 % ont survécu à la saison sèche sans arrosage.

Les 6 groupements villageois développent leurs compétences de vie coopérative et acquièrent des rudiments d’entrepreneuriat  agricole. Les 5 formations reçues durant l’année 2015. En route pour 2016.

Situé non loin de Boussé sur la route de Ouahigouya, un village à l’habitat très dispersé, qui se bat avec une difficulté de ressource en eau. Vers un soutien de Mil’Ecole à l’autosuffisance alimentaire.

Comment Mil’Ecole tente sur le village très isolé de OUORO une démarche pour définir avec les agriculteurs des projets visant au développement de projets agricoles.

Cette ferme pilote du Burkina Faso a pour objectif de gérer l’eau de pluie afin d’améliorer d’une manière significative la production des céréales en enrichissant durablement les sols. Le travail se fait essentiellement à la daba (la petite pioche du paysan burkinabè)
Des techniques et méthodes de récupération de terres dégradées qui essaiment à Sanon 2016-2017…

Aider des agriculteurs et agricultrices à sortir de leurs villages que l’on atteint par des chemins (et non des pistes) pour visiter les méthodes de culture d’une ferme pilote n’a rien de simple.
Récit détaillé écrit à 6 mains : Paul Bamogo, Alphonse Sama, partenaires de Mil’Ecole au Burkina Faso, et Edith Pichard.

La première visite : des instituteurs et quelques agriculteurs. L’année suivante, 49 agriculteurs des mêmes villages… Sans l’implication de nos 2 partenaires au Burkina Faso, directeurs d’écoles de ces villages, les visites n’auraient pas pu se faire.