Le moulin communautaire des femmes

Ouoro – Burkina Faso
2017-2019

Construit en 2017, mal géré par deux meuniers successivement formés, le moulin est délaissé durant 2 années.
Une solution est finalement trouvée en 2019 : des équipes tournantes de meunières ont mis le moulin en marche !

Ouoro est un village de brousse difficile d’accès au sud de Koudougou où Mil’Ecole soutient des activités de développement auprès de 6 groupements féminins et 1 groupement d’hommes depuis 2014
Voir ces activités sur notre site : Ouoro

Le projet d’un moulin à grains avait été évoqué en réunion des groupements lors de notre voyage de février 2017 et il nous est apparu qu’il s’agissait d’une priorité.
En effet, le village ne disposait que d’un seul moulin, utilisé de plus par trois autres villages environnants Ouettin, Rialo et Bouessa. … Un engorgement source de files d’attente souvent très longues ! De plus, les formations que nous menons depuis 2015 dans le village ont entrainé des activités nouvelles et une meilleure productivité des champs communs des différents groupements féminins…
De ce fait, les besoins d’accès au moulin se sont accrus de façon importante, augmentant la pression sur le seul équipement existant. Il devenait donc urgent d’agir.

Un co-financement pour le moulin

Pour la construction du moulin, il a été convenu en accord avec le village, que la construction du bâtiment du futur moulin (ce qui représente environ 30% de l’investissement) serait à la charge des groupements, sous la forme d’un prêt sans intérêt sur 5 ans auprès de Mil’Ecole, et que nous prendrions en charge l’achat des machines (moulin et décortiqueuse) et la formation des meuniers.

Moulin2
Moulin4
Moulin5

Inauguration du moulin

Fin octobre 2017 l’inauguration du moulin a lieu avec la présence des chefs de terre et coutumier, des responsables administratifs, de Docteur Abdoul Salam Kaboré, maire de la commune de Sourgou, à laquelle appartient le village de Ouoro

Le moulin défectueux ?

Mais durant les mois qui suivent on est obligé de constater que le moulin ne donne pas du tout satisfaction : présence irrégulière des meuniers et surtout après informations auprès des femmes, les moutures ne sont pas fines et sont irrégulières, elles laissent des grumeaux. Impossible pour faire le tô !

Les femmes délaissent le moulin et repartent grossir la queue au premier moulin…

Moulin1

Deux années durant où l’on fait vérifier les machines, on discute avec le meunier… rien n’y fait.
Et pourquoi une femme ne ferait-elle pas meunière ?
Mais une femme ne peut consacrer toutes ses journées à un travail extérieur à sa maison, elle doit s’occuper de ses enfants, gérer sa maison, bois, eau, repas…
Nous oublions le remboursement du prêt sur 5 ans et parlons plutôt de revendre les machines si l’on ne trouve aucune solution.

Une solution enfin !

En octobre 2018 une solution se fait jour : 12 femmes seront formées meunières, 2 femmes de chacun des 6 groupements.
Et le moulin tournera avec des équipes de 3 femmes qui changeront chaque 15 jours !
La formation a eu lieu en décembre 2018.

Moulin7
Moulin6

En février 2019 le moulin tourne toute la journée tous les jours

Tenu par des femmes fières de leur capacité ! Et la mouture est bonne, fine, sans grumeaux !